Joie qui s’échappe se partage

On évoque souvent, lorsque l’on vieillit, les personnes toxiques qu’il faut laisser derrière soi. Ces personnes qui ne vous aiment pas, qui ne se soucient pas de votre bonheur, ou que votre joie menace tout simplement. Soit. C’est un travail à faire, de laisser partir et de ne plus s’employer à plaire à ceux qui ne veulent rien savoir de nous.

Mais quid des autres ? Comment trouver et s’attacher à ceux qui sauront se réjouir avec nous de nos victoires, de nos bonnes nouvelles ? Car ces personnes là, dans la vie positive que l’on se souhaite peut-être, une petite vie toute jolie et pimpante, elles ont une importance capitale. Il ne faut non seulement pas les oublier, mais les reconnaître dans le réseau d’amis plus ou moins proches, plus ou moins chers, que nous avons sans doute.

Je parle ici de gens qui nous entourent et qui savent s’émerveiller et se réjouir pour les autres. Ces hommes et ces femmes qui sont suffisamment à l’aise dans leur vie pour faire de la place aux victoires des autres. Un petit trésor d’amis qui se découvrent parfois dans les joies impromptues que l’on ne peut s’empêcher de partager autour de soi et qui viennent rire avec nous des sourires que l’existence nous envoie soudain. Ces personnes là sont précieuses, qui dansent avec nous lorsqu’on a le cœur qui déborde de gratitude et qu’on a besoin de le crier à tous vents. Et c’est souvent celles-là qui seront les mieux à même de nous tenir la main, lorsque l’horizon se noircira comme il le fait toujours à un moment ou à un autre.

L’énergie circule, l’amour se partage, et les personnes bienveillantes, quand on met la main dessus, il est important de le réaliser et de chérir leur présence.

(Visited 10 times, 1 visits today)