Quelques trucs en vrac pour éduquer les enfants

Voilà bien longtemps que je voulais aborder le sujet. Ce thème, épineux s’il en est, est celui de l’éducation des marmots. Nos petits mioches (enfin… petits… mon plus grand me mange allègrement la soupe sur la tête !) nous donnent du fil à retordre, parfois. Quand par exemple il leur prend l’envie de nous faire tourner en bourrique parce que Môssieur a décidé de ne pas finir son plat, de ne pas rentrer à l’heure convenue, de ne pas ranger sa chambre ou de fiche un bazar pas possible dans la maison parce qu’il a décidé de faire une bringue d’enfer pour célébrer son permis de conduire… Tous ces petits amusements que vous aurez à l’ado, mais pas que ! Sissi ! Car dès l’âge honorable de 2 petites années, nos affreux ont une faculté à nous pousser à bout qui nous fait parfois reluquer du côté des orphelinats… Trêve de solution horrible, il est possible de se passer de ces manifestations désagréables qui soulignent des relations qui peuvent être compliquées avec notre progéniture.

Avec mes 16 petites années d’expérience en la matière, je voulais partager avec vous quelques trucs, pour ceux qui sont dans les couches, ou dans les bagnoles (rapport au permis sus mentionné) selon les cas. Outre l’expérience, c’est aussi une formation que nous avions faite à l’école internationale qu’avaient fréquentée nos marmots à Montréal (voir la référence sur Brigitte Racine, citée ci-dessous) que je dois quelques trucs intéressants concernant l’éducation. Et puis aussi quelques lectures sur ce sujet brûlant.

 

LES 20 MINUTES MAGIQUES !

Ce concept des 20 minutes nous a tout de suite captivés (voir le livre de Brigitte Racine à ce sujet : http://www.editions-chu-sainte-justine.org/livres/discipline-jeu-enfant-90.html). Car il partait d’un principe tout bête, et pourtant si réaliste. Prenez un loupiot qui multiplie les bêtises. Ou bien qui s’exprime en criant (OK, il peut s’agir d’un futur chanteur, ou d’un politicien en herbe… mais sans brimer sa carrière, mettons qu’à l’âge de 5 ans, c’est vite fatigant…). Ou encore d’un petit infatigable qui court partout et vous harcèle de questions à tout bout de champ. Eh bien si vous préférez surfer sur internet pour savoir, comme il vient de vous le demander, pourquoi les chenilles processionnaires font des nids dans les arbres, libre à vous ! De notre côté, on a appris que des comportements estampillés comme « négatifs » car frustrants, agaçants, irritants… étaient le résultat d’un objectif poursuivi par le marmot : la quête d’attention. L’enfant qui n’a pas l’attention dont il a besoin va la rechercher par divers moyens. Cela peut se caractériser par des notes topissimes à l’école, un comportement d’enfant sage et modèle, mais aussi par des manifestations bruyantes de vie, tel que décrites précédemment. C’est nettement plus dérangeant que les stratégies moins démonstratives, mais qui justifient tout autant l’attention que nous ne donnons pas toujours à nos enfants. En fait, l’enfant est le premier à pouvoir définir son besoin d’attention, et des comportements non adaptés peuvent souligner qu’il en manque. A nous de saisir la perche, et de savoir ce que nous décidons d’en faire. C’est ici qu’intervient l’exercice que je vous propose, et qui nous a maintes fois prouvé son efficacité !

            20 minutes, 3 fois par semaine : c’est le défi à relever. Il s’agit d’accorder à marmouset son quota d’attention hebdomadaire. 20 minutes qu’on lui consacre à un moment déterminé avec lui à l’avance. Et durant ce temps sacré, pas de téléphone, pas d’ordinateur pour détourner notre attention, ni même un repas à surveiller ou un truc à faire en même temps. Du temps de qualité, du vrai, du bon et du pas cher : on joue avec l’enfant au jeu qu’il décide, et selon les règles qu’il choisit (et tant pis si cela consiste à recevoir 4000$ à chaque passage sur la case départ au Monopoly au lieu des 200$ réglementaires : arrangez-vous pour survivre à cela, ça lui fait tellement plaisir!). Au bout de quelques semaines, vous devriez développer une belle complicité. Et lui, l’enfant, il a l’assurance de vous avoir pour lui tout seul pendant ces moments magiques ! Au cas où vous ne pouvez honorer (exceptionnellement) le moment convenu, il faudra bien sûr négocier pour redéfinir un autre temps de jeu. Et puis n’oubliez pas le chrono : c’est 20 minutes, pas une de moins, pas une de plus ! La rigueur est la garantie d’une recette qui fonctionne.

Cette formule toute bête est extrêmement efficace, et vous permettra de passer du temps de qualité avec votre crapaud. Mais il est aussi facile, quand ils grandissent et sont moins intéressés par les legos et autres jeux qui vous ennuient, de négocier des temps de jeu un peu plus souples et qui vous font plaisir à vous aussi ! Je suis ainsi devenue imbattable à la crapette et je me fais en revanche battre régulièrement aux dames chinoises par mon petit dernier ! Mais quel plaisir ! Et puis l’enfant apprend à respecter des règles, à perdre et à gagner, ce qui n’est pas négligeable en terme d’apprentissage.

 

LES VOYAGES RITUELS

On passe à travers la vie dans un train lancé à grande vitesse qu’on ne sait plus arrêter, le plus souvent. Je vous propose de faire un arrêt sur image, histoire de voir ce qui se passe à l’adolescence. De nombreux changements physiques, émotionnels et psychologiques se déroulent en un temps record. L’enfant qui hier encore nous faisait des bisous avant de dormir s’est mué en géant aux épaules baraquées qui doit se plier en deux pour vous embrasser le soir en rentrant du lycée… Mais comment l’aider à faire face à tous ces changements qui ne manquent pas d’être déstabilisants… Là aussi, le temps passé est important, pour autant qu’il soit de qualité. Chez nous, c’est souper en famille tous les soirs, et chacun raconte ses histoires, rit, développe, questionne, ce qui fait réagir les autres. Mais il y a d’autres moyens. Certains couples se relaient pour passer un moment avec un des enfants chaque semaine ou mois. Pour autant que nous puissions prendre le pouls de cette enfance qui s’évade, avant que la vie d’adulte n’ait pris ses quartiers… Il reste que tout cela passe bien vite, et que l’enfant a besoin de définir ce nouveau « moi » qui émerge tout doucement du corps transformé par les hormones.

Pour l’y aider, nous avons instauré un petit système assez sympathique. A chaque âge correspond un petit rituel que nous mettons au point avec chaque enfant. Quand arrive le début de l’ado, nous commençons à organiser un voyage. L’idée est d’en faire un moment de complicité avec le parent du même sexe (en l’occurrence le papa, chez nous !). Un voyage qui mobilisera chez l’enfant des ressources physiques, mentales et permettra d’aborder des sujets importants : les addictions/drogues (incluant le tabac et l’alcool), le sexe (délicat à aborder avec le parent du sexe opposé…), la spiritualité, la gestion des émotions, etc. Pour faire un peu le liant, j’ai écrit un texte pour chacun où j’aborde ces thèmes en apportant quelques idées. Du coup, notre aîné a fait une traversée de l’Atlantique en bateau avec son père, son oncle et un ami. Bon, il était un peu jeune (9 ans et demi) mais garde des souvenirs magiques de ces moments uniques. Il s’est construit avec cette histoire dans la besace et, croyez moi, ça vous pose un bonhomme ! Sacha a quant à lui fait la Loire à vélo avec Ben durant 5 jours, de Tours jusqu’à la côte Atlantique, avec des étapes allant jusqu’à 90 km dans la même journée. Une épreuve sportive, et aussi une occasion de créer un lien particulier avec le papa. Car cela prend parfois du temps pour qu’un ado se confie ou se mette à parler de lui, et ce temps est plus facile à trouver lorsqu’on est ensemble plusieurs jours de suite. Il y a des messages qui passent aussi, du parent à l’enfant. Comme des mises en évidence de comportements qu’il pourrait faire évoluer, ou des remarques l’aideront à prendre du recul. Pour Laé, c’était l’année dernière : il a marché durant 5 jours dans le sud de la France, réalisant notamment une étape de 30 km sous un soleil de plomb dont il n’est pas peu fier !

Mais j’étais un peu jalouse, je l’avoue, de ne pas pouvoir partager de moments privilégiés avec mes gars, alors j’ai poursuivi l’expérience. C’est ainsi que j’ai emmené Théo cette année faire une semaine dans un centre bouddhiste pour apprendre la méditation. Sceptique au départ, il a finalement adoré l’expérience, et il s’est mis à méditer régulièrement depuis… C’est ma petite contribution à leur entrée future dans la vie d’adulte, où ils auront bien besoin d’avoir un équilibre intérieur à toute épreuve. Et puis ils apprennent à se connaître, et ça, ça n’a pas de prix !

 

Bon, je n’en ai pas fini sur le sujet, mais je vais conclure pour aujourd’hui. J’aimerais bien savoir en revanche quels sont vos trucs à vous pour l’éducation : c’est un sujet qui se nourrit de partages !

(Visited 67 times, 1 visits today)

Les maux pour le dire

Il arrive que des lecteurs de mes livres me disent qu’ils se retrouvent dans mes écrits. Pour d’autres, ce sera le blog, quand certains articles les renvoient à des choses qui les touchent personnellement. À l’inverse, certains lecteurs n’aimeront pas le style des articles du blog, comme d’autres seront peu sensibles à ce que j’ai écrit dans mes livres. Tout dépend de la tournure d’esprit, de l’humeur du moment, des affinités littéraires… Mais c’est finalement sans importance. J’estime légitime et même sain que chaque personne puise ce dont il a besoin dans les mots que je dispose sur la page, et qu’il se les approprie au fil de ses envies, selon ce qui lui parle ou le connecte à lui-même. C’est le jeu. Et j’avoue faire de même avec les livres ou les textes des autres, que j’épluche ou dont je me nourris au quotidien.

            J’ai envie aujourd’hui d’évoquer ces écrits qui déchirent parfois la vie en deux. Lorsque les mots rejoignent les mouvements de l’âme, et qu’ils parviennent à trouver le chemin de la lumière au sein d’un parcours sombre et sinueux. J’en suis là, depuis ces quelques mois que je cherche à me réinventer dans un quotidien qui ne me ressemblait plus. Il me fallait redonner de la couleur à des journées qui avaient pris des teintes délavées, comme ces vieilles photographies mangées par le temps et qui pâlissent au fil des jours. Et j’avoue avoir mis la main sur quelques bouquins, ou des bouts d’articles qui m’ont touchée au cœur. C’est comme une petite musique qui se met à chuchoter, soudain, à la lecture de quelques mots, d’une phrase, glanés ici et là.

Le magazine Happinez m’inspire ainsi souvent des rêveries instantanées, ou bien alors je saisis mon stylo et me mets à souligner frénétiquement certains passages qui me parlent. Quand ce ne sont pas ces livres, achetés il y a parfois des années, et qui m’appellent un jour. Le jour où il FAUT que je lise l’ouvrage. Car je crois à ce pouvoir de synchronie des livres : il y a toujours un bon moment pour cueillir un bouquin. Comme pour un fruit : avant, c’est trop tôt, et après, trop tard. Il faut que le livre soit lu au moment où vous serez assez attentif pour y prendre ce qui vous parlera au moment de sa lecture. Si l’on est ouvert à ce chant, la lecture transporte et devient une danse de l’âme avec les mots. Pour soigner les maux. Pour porter la souffrance, ou faire un peu rire le cœur. Mais il y a un temps pour le faire. En ce qui me concerne, j’attends toujours le bon moment, l’appel du livre. Je passe devant la bibliothèque, et j’écoute. Il arrive que je me trompe : je lis alors quelques pages ou chapitres, mais ça ne fonctionne pas, je repose le livre… Mais quand c’est le temps, quel bonheur ! Comme si l’ouvrage entrait en résonance avec ce que je vis dans le moment. C’est là que quelque chose se passe. Un peu comme quand on rencontre une personne avec qui ça clique, un moment suspendu, une soirée hors du temps…

Et ces rencontres sont indispensables pour tenir le coup quand la vie nous amène à la croisée des chemins. Car parfois, il faut tout changer, sous peine de laisser son existence s’étioler dans un soupir interminable où plus rien ne bouge. Parfois, il faut prendre son courage à deux mains, et laver le passé de tous les discours déformants, dévalorisants et humiliés qui ont jalonné un parcours qui nous a laissé exsangue. Parfois, il faut fermer le livre et inventer tout de neuf. Parfois, il faut sauter dans le vide, et croire bien fort que plus bas se trouve le filet qui nous récupèrera, nous et notre folle envie de vivre pour de vrai.

Changer fait peur. Et puis cela fait mal aussi. Pour preuve, cet événement fondateur et terrible qu’est la naissance. Sortir la tête dans le monde est douloureux, autant pour la mère que pour l’enfant. Mais il est des changements qui sont incontournables, pour peu qu’on veuille bien s’accorder, le temps de l’existence, une vie qui nous ressemble. Le bonheur est à ce prix. Et pour certains d’entre nous, ce bonheur est conditionné par notre capacité à prendre un chemin inusité. Il faut alors réaliser que, pour avancer, nous devrons nous engager dans des voies qui vont à l’encontre des valeurs écrasantes qui s’imposent à la majorité. Dans les livres, aussi, se trouvent ces histoires de parcours atypiques et salvateurs qui décrivent d’autres choix. Vivre de peu. Oser beaucoup. Faire sans le confort d’un futur prévisible et balisé. On réalise qu’on n’a plus rien à perdre, et que ce rien là, il faut le laisser aller pour vivre pleinement. Quand on ne se contente plus de simplement laisser les jours se dérouler sans surprises, sans questions. Quand juste toucher le chèque de paie à la fin du mois ne suffit plus. Il faut alors oser s’opposer.

On me dit souvent que mes enfants sont bien élevés. C’est possible. Je ne suis pas bon juge. Ce qui m’importe, en fait, ce n’est pas de savoir qu’ils sont capables d’aider à débarrasser la table ou de dire merci. C’est qu’ils soient heureux. Qu’ils sachent se tenir debout, même quand la vie les retournera ou les malmènera violemment. C’est le chemin que je leur propose, en ne me contentant pas d’un futur prévisible et encadré par des échéances. Il me semble que je pourrai savoir si j’ai bien fait mon boulot de maman quand je les aurai vus chercher par eux-mêmes de quoi sera tissé leur propre bonheur. Et recommencer chaque jour cette quête pour changer le motif du tissu selon les besoins qui seront les leurs, au fil d’une vie que je leur souhaite pleine et intensément mouvante. En attendant, je les regarde grandir. Et m’efforce, un jour après l’autre, d’être fidèle à moi-même dans les gestes du quotidien. La force de l’exemple est plus puissante que le plus lisse des discours.

(Visited 35 times, 1 visits today)