Les finances

Les finances…. un sujet bien fastidieux mais incontournable lors de la préparation de ce projet.

Si j’aborde ce sujet, c’est parce qu’à chaque fois que nous avons rencontré des navigateurs au long cours, familles autour du monde, on se demandait  comment ils avaient fait pour financer leur projet, mais on n’avait pas de réponse. Or, il n’y a pas de miracles, pour partir, IL FAUT DES SOUS ! Je (Benoît) souhaite donc partager mon expérience sur ce sujet, en espérant que cela pourra donner des idées à d’autres.

Premièrement, mettons les choses au clair, je n’ai pas gagné au loto, pas d’héritage miraculeux, je ne suis pas trader, ni dans des activités potentiellement lucratives mais pas forcément légales. Notre histoire est très banale (mais je n’aurais pas dit non a un gain au loto, bien que Fanny (mon épouse) me dit que je n’en tirerai pas la même fierté… 

Fanny est étudiante en 2008, donc sans revenus, et nous avons trois enfants. Le projet bateau, oui, mais nous ne voulons pas mettre de côté notre vie de famille. On commence à vivre maintenant et pas dans 10 ans.

Dès la premiêre année nous avons établi un budget et des méthodes de revenus. Puis nous avons suivi / adapté ce budget en fonction des événements pour le faire coller à notre réalité (et non l’inverse, ce qui est une erreur fréquente !).

Action #1 :Je me suis rendu compte qu’être un employé salarié dans une grande entreprise ne nous permettrait pas de réaliser nos rêves (employé salarié synonyme de mulet, mouton, bref, rien qui ne permette d’aller très loin). Donc, la première action a été de devenir travailleur autonome. D’autre part, étant donné que nous sommes immigrants au Canada et que je suis devenu travailleur autonome, il ne faut pas compter sur l’aide de l’état. Il est donc indispensable de mettre de coté pour la retraite (retraite par capitalisation), pour l’éducation des enfants, etc… Nous n’aurons jamais rien de la part de notre pays d’accueil en raison de nos choix. Et c’est très bien ainsi. C’est juste un constat et il faut faire face a cette situation.

Action #2: Acheter une maison – cela constitue une épargne obligatoire et permettra de payer le bateau sur lequel on partira.

Action #3: Faire un budget détaillé et REALISTE (c’est à dire ni trop élevé, ni trop bas). Trop haut, et on ne part jamais car il est inatteignable. Trop bas et ce n’est pas compatible avec une vie de famille et ça peut se finir par un divorce, ou d’autres choses peu intéressantes de ce type…

Notre premier budget était:
– Bateau: 200K$
– 2 ans de navigation: 50K$
– Mise de coté pour retraite/arrêt d’activité dans 20 ans (à vous de voir en fonction de vos besoins. le calcul est simple et du type: Combien faut-il d’argent placé maintenant pour avoir xx$ de revenu mensuel dans 20 ans en considérant une inflation de 2% annuelle et des rendements moyens de 7% – La crise financière risque d’avoir un impact important, mais je verrai bien le moment venu, ie dans plus de 20 ans)
– Mise de coté pour l’éducation des enfants (même type de calcul que pour la retraite)
– Coussin de sécurité (et de réinstallation après le voyage) – Je prends comme base de quoi vivre pendant 6 mois au cas où dans un pays comme le Canada.

Pendant les 10 années durant lesquelles le projet a été mis sur pied, les catégories du budget n’ont pas beaucoup évolué. La grande modification est:
– Le bateau: Finalement nous avons opté pour un Lagoon 380. Donc le budget de départ était sous estimé. Nous avons misé sur un bon retour sur investissement à la revente de Lam, ce qui nous a permis finalement de financer les années sur l’eau au prix d’une location, mais avec un bateau fiable que nous avons mis à notre goût durant 3 années
– La crise financière a eu des conséquences sur nos économies

Nous avons cependant eu la possibilité de partir avec un bon budget, les études des enfants payées, et avec un bas de laine pour la retraite. Nous avons passé 3 années sur l’eau et avons vécu sans trop nous priver, et nos économies nous ont permis également de nous installer de nouveau en France et de vivre pendant de nombreux mois. 

En conclusion: Il est possible de financer un projet de bateau, et cela sans se saigner à blanc, à condition d’être très organisé, prévoyant, et, surtout, d’adapter le projet au budget dont on dispose, pas l’inverse ! C’est long, très long, mais ca en vaut la peine. On ne fera rien d’extraordinaire, mais toute la famille a embarqué dans le projet et cela a fait de ces mois sur l’eau des moments magiques…

Jour après jour, on se construit une petite mythologie familliale qui nous rapproche et nous aide a prendre des risques (mesurés), à profiter de l’instant présent et à faire de cette vie un moment extraordinaire et unique.

Si vous avez des questions, nous serons heureux de partager avec vous notre (petite) expérience.

Ben

(Visited 17 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *