Quand FB n’évoquait chez moi que Fabrique à Doudou

Vous arrive-t-il, à vous les utilisateurs d’internet, de repenser à vos débuts dans le domaine numérico-attractif ? Si vous avez moins de trente ans, il est probable que non. Il est même certain que papa et maman vous auront doté d’une tablette dès le berceau, coincé entre le doudou, le bib et la girafe qui fait pouic pouic. Vous ne réalisez pas alors le bol que ça a pu être pour vous de grandir, innocemment illuminé par les lumières du grand réseau, sans avoir jamais eu à apprendre comment fonctionnait ce truc bizarroïde pour tous les autres… Les vieux ! Nous qui avons grandi à une époque où, pour téléphoner, il fallait décrocher le combiné d’un vieux machin en plastique relié à un cordon tirbouchonné à mort. Et faire le numéro à appeler à partir d’un cadran à trous, composer patiemment chaque numéro, attendre que le cadran revienne à sa base pour recommencer… Et encore ! C’était déjà moderne, par rapport à l’époque où Fernand Raynaud hurlait : « J’voudrais l’vingt deux, à Asnières ! ».

Bon. Moi je me rappelle. Les débuts, ça a été une véritable épreuve, pour moi. À côté de ça, passer le permis place de l’Etoile une veille de Noël, c’était du gâteau ! Je me souviens que quand j’ai dû me mettre à taper des trucs à l’ordinateur, c’était pour les études. Avant ça, je me contentais d’une vraie machine à écrire. L’objet génial qui fait un bruit jouissif quand on appuyait sur les touches. Surtout, le mieux c’était le retour à la ligne, avec le cylindre qui revenait faire un petit « schling » rassurant, preuve qu’on avançait. Et il fallait mettre du blanc sur les coquilles et effacer patiemment les erreurs.

Bref, les études. Voilà qu’on nous demandait de remettre des travaux tapés à l’ordinateur. Déjà, accéder à la salle des ordis, c’était un exploit tant il y en avait peu. Et puis le plus stressant, c’était de taper, et puis d’appuyer sur une touche sans faire gaffe, et là, JACKPOT ! (mon fils Sacha, il dirait : STRIKE !). Parce que le texte, il avait disparu on ne sait pas où, s’était évadé dans des labyrinthes du code binaire, et c’était l’horreur parce qu’on en avait besoin, du texte qu’on venait de mettre 3 heures à taper, et que là, c’était foutu !

Bon. Et ces fois où on avait réussi à ne pas avoir les doigts trop baladeurs sur le clavier, et qu’on avait pu écrire le texte SANS erreurs et SANS le faire disparaître d’un coup de baguette magique (MAIS IL EST PLANQUÉ OÙ DANS CE FOUTU ORDI LE MEC QUI S’AMUSE À ME BOUFFER MES MANUSCRITS ???), eh bien il fallait gérer l’impression… Et là encore… Pas gagné ! Il fallait bien sélectionner les bons critères sur les bons menus (boîte de dialogue, ça s’appelle, et pour l’impression, ça se passe où déjà ???). Il est 16h45 et vous devez rendre le doc à 17h, et il y a Tartempion qui imprime juste avant vous un truc et ça prend des plombes, et ça y est, vous trouvez le bon menu, et vous cliquez « OK » et ça part !!! La victoire est totale !!! Sauf que. Sauf que vous n’avez pas bien paramétré la mise en page, et que vos feuilles, elles s’impriment à 50% sur la fin de la page, et vous, vous êtes proches de l’explosion, que la cocotte minute de maman à côté, c’est tout juste bon à réchauffer les pâtes… Il faut tout recommencer, et vous venez de gâcher 3 kg de papiers, soit le 1/10ème d’un pin de 6 ans, et il est 16h56…

On a appris, certes, mais à la dure… Il a fallu se coltiner des heures d’apprentissage, de ratages, et de boulettes qui ont été tout, sauf écologiques. Franchement, quand je vois mes mômes surfer sur internet comme ils boufferaient une glace à la vanille, ça me colle un peu de frustration sous la caboche… Je me dis qu’on a dû, à notre insu, leur intégrer dans le code génétique l’apprentissage de l’ordi, alors même qu’on a pu rigoler de leurs gadins quand ils ont appris à faire du vélo. Enfin un truc qu’on n’a pas encore réussi à leur injecter dans le code génétique, na !

(Visited 10 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *