Jean-Sébastien et moi

DSC_8118On s’est fréquentés longtemps, avant que je ne tombe sous son charme. Cette relation s’est étirée dans le temps, comme une lettre écrite dans l’air, durant des années. Il me semblait terriblement ordonné, bien trop sec et sans fantaisie. Je le snobais sans m’en rendre compte.

Il a fini par m’avoir, grâce à Glenn. Glenn, qui vivait plus qu’il ne jouait sa musique. J’ai fait la connaissance de Jean-Sébastien Bach au bout des doigts de Glenn Gould. Depuis, il accompagne mes heures, des plus studieuses aux plus mélancoliques. Il était là, sur mes pages d’écriture les plus poussées, lorsque nous naviguions sur une mer étale, ou lors de trajets en voiture sur les routes interminables du Canada ou des Etats Unis. Bach, toujours lui. Et surtout ce morceau : l’Aria, dans les variations Goldberg. Dans ce moment de silence suspendu, celui que Glenn a joué en 1981 (la version des années 70 est tellement trop rapide), il faut prêter l’oreille. Car Gould, assagi par les années, y dépose son cœur sur chaque note. Il chantonne, laissant s’écouler les sons de son piano, comme un trop plein de sentiments se déversant dans un ruisseau de musique.

Bach, c’est cette qualité de silence qui s’ordonne dans la longueur d’un instant. C’est la vie qui se dit dans un souffle, au gré d’une branche qui frôle le sol, encouragée par la brise. Un enfant qui contemple la progression d’une coccinelle sur une feuille de géranium. La vague tranquille qui enveloppe le rocher lisse. Bach, c’est la lumière rasante de l’aube se déposant sur la dentelle d’une feuille étoilée de rosée, l’espoir qui se faufile dans une journée morte et étouffante. Une envie de rire et de pleurer qui s’émeuvent ensemble dans le même souffle. Une aspiration à la paix sereine d’une fin de jour qui s’éteint sans un bruit. Un silence qui se prolonge. Le silence.

(Visited 10 times, 1 visits today)

3 réflexions au sujet de « Jean-Sébastien et moi »

  1. Chère Virginie,
    Tu nous as donné envie de réécouter ces variations de Bach par Glenn Gould avec une attention particulière en pensant à toi et à tes commentaires. Gould s’efface entièrement derrière la musique géniale du Cantor et en même temps la restitue de façon terriblement humaine, vivante et proche de nous.
    Nous partageons tes impressions.

  2. I’ve always been inesttered in learning Musicology, and have tried to read some very introductory book on Musicology(as my father has several books on the subject) but I never got to finish reading any of them lol Sometimes I wished I had taken some sort of musical education when I was little, I feel it might have satisfied my curiosity on knowing what makes different kinds of music so attractive and beautiful and distinctive in their own way, but you’re probably right, some things are more proper to be felt than studied (in words)….

  3. Thanks for this input, Kushi. I do believe too that music is thankfully not related to knowledge and I am happy to think to it touches you as much as it touches me!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.