Cap sur Locmiquelic

On aime la Bretagne ! Locmiquelic est super charmant, avec ses petites maisons blanches au toit en ardoise. J’en profite pour faire une machine. Enfin, avec mon système, les machines à laver n’ont qu’à bien se tenir : je mets le linge avec eau et lessive dans une grande glacière sous les sièges du cockpit, et je laisse brasser par les mouvements du bateau pendant la traversée (c’est un truc que m’avait donné une américaine l’année dernière). Ben a déduit d’ailleurs que ça faisait du coup office de machine pour linge délicat, et aussi haute température quand on met l’eau chaude ! Ensuite, à l’arrivée au port, je me mets pieds nus et marche sur le linge pour faire suite au prélavage. C’est le temps du lavage proprement dit (c’est le cas de le dire !), suivi par l’essorage du linge, le rinçage, l’essorage de nouveau. Et enfin, on suspend un bout en zig zag dans le cockpit et on met le linge dessus, façon romanichels. C’est très esthétique et donne au bateau un caractère champêtre dont il ne saurait plus se passer. Le tout ayant pris environ 30mn !

Après une jolie navigation depuis Locmiquelic (on a fait du 7 nœuds au travers, c’était chouette), arrivée à Concarneau. Ben trouve que c’est la plus jolie marina jusqu’ici, enfin, s’il arrive à sortir indemme du port… En fait, à l’arrivée, ils étaient prévenus qu’on arrivait et nous ont réservé une place tout au bout du port. Ils ont aussi déplacé quelques bateaux à couple dans l’espèce de petit couloir qui nous menait à notre place de port. Un peu comme l’épreuve du feu, avant de pouvoir s’amarrer,  il nous a fallu passer entre une rangée de bateau de chaque côté du passage, sachant qu’on avait un bon vent de 15 nœuds dans la face… Regards qui amusés, qui inquiets, des gens sur les monocoques longeant notre trajet. Un plaisancier s’affole de ce que Ben mette les gaz, mais lui a vite compris que sans cela, il se ramassait lamentablement sur les autres à cause du vent qui le déportait ! Alors il met la gomme, et on finit par passer, un peu au hasard vu qu’il ne voyait rien… Il mettra la soirée à s’en remettre, le pauvre ! En attendant, la récompense est à la hauteur de l’ouvrage : adorable petit port, on visite la vieille ville, on flâne en gros touristes qu’on est. Et c’est rudement bon de traîner comme ça. Passage par un petit marché bio super cher et super sympa, puis escale à La Croisière, resto où on fera une bataille de crabe, à qui mangera le sien le plus vite, sous le regard désapprobateur de quelques langoustines, crevettes et huîtres délicieuses. Décidément, c’est cool, les vacances !

Demain, on retrouve mes parents à Loctudy et on file aux Glénans.

(Visited 33 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.