Vamos a la playa

La tempête annoncée a été moins rude que prévu, avec cependant de bons vents pendant la nuit, ajoutés à une grande marée. Le soir, à cause du vent, les kite surfers s’en sont donné à cœur joie et on tapissé le ciel qui bordait la plage de leur voiles colorées, c’était vraiment joli. Nous, on a pris le petit train qui nous emmenait le long de la mer jusqu’à la Baule pour goûter à des crêpes nouveau genre, dans une crêperie décorée par le patron par des carrés en émail avec des photos… du carnaval de Rio ! Ça ne faisait pas très breton, tout compte fait … Hier, journée tranquille, plage, on profite de la famille encore un peu et on larvouze autant qu’on peut. Coucher les enfants tôt devient une obsession, attendu que sinon, la punition est dure : prises de bec intempestives et mauvaise humeur qui pourrissent l’ambiance… Donc une fois couchés, les gamins sont bien inspirés de ne pas fiche le bazar !

Côté organisation, chacun trouve ses marques. Les garçons ont repris la routine du bord, avec vaisselle obligatoire par les deux plus grands, tandis que le petit débarrasse.

Théo adore le bateau, depuis qu’il a  commencé des cours d’optimiste avec Sacha. Il s’entraîne à faire les nœuds marin et dévore les Picsou qu’on a achetés. Bon exercice de lecture, même si on est encore loin des Misérables et autre Moby Dick…

Sacha quant à lui dévore la bouffe autant que les BD, et il glousse comme une poule quand il avale les Boule et Bill qui sont en passe de devenir ses préférés. Il faut l’écouter s’esclaffer, c’est bidonnant ! Il devient aussi un fana de pêche. D’ailleurs, sa façon de procéder est à la fois simple et immuable : à chaque port, il sort l’épuisette pour courir les pontons à la recherche de mulets. Il lui arrive d’en attraper (rien qu’à l’épuisette, ça tient du miracle ou de l’expertise avancée !). Il dort comme une marmotte et il est parfois nécessaire de sortir la grue le matin pour le tirer du lit tant il dort profondément…

Pour ce qui est de Laé, on fait quelques expériences intéressantes à son sujet. Il capote sur la mer, et devient un champion de châteaux de sable, surtout avec sa cousine Axel. Surtout, on a noté un phénomène curieux à son sujet : le matin au lever du lit, 3 fois sur 4, il est d’humeur exécrable. Le deal est donc le suivant : parvenir par tous les moyens à lui faire avaler son chocolat au lait le plus vite possible. Car ce n’est qu’à ce moment là qu’il daigne reprendre forme humaine et être un peu plus sociable. On imagine que lorsqu’il aura l’âge de prendre du café, il devrait en toute logique développer une belle addiction à ces petites molécules de caféine miraculeuses… D’ici là, on le fait boire et manger dès que possible et les choses s’arrangent. Il le dit alors lui-même :  « Papa, maman ! J’ai retrouvé mon sourire ! ».

Ben s’amuse sur son bateau, bricole un peu (ce qu’il adore, même s’il nous a tanné pour acheter un bateau neuf pour ne pas avoir à bricoler… soi disant !) et admire son bateau en s’exclamant régulièrement : « qu’est ce qu’il est beau, ce bateau ! Et qu’est ce qu’il est grand ! ». Question entretien, il en deviendrait presque maniaque, ce qui est assez inhabituel chez lui et ne manque pas de nous laisser assez perplexes ! Il est tout heureux, le Ben, et pour une petite sortie de 2h, n’hésite pas à larguer le genaker pour avoir le plaisir de l’admirer… Il est tout beau tout bronzé, aussi et ne tardera pas à retrouver sa place de « moniteur le plus sexy de la plage » (diplôme reçu à Pornichet même il y a 20 ans de ça, suite à un scrutin organisé par une grappe de petites ados en chaleur).

De mon côté, je goûte aux joies (clairement anticipées depuis des mois) de préparer la bouffe avec vue sur la mer (enfin, la marina, la plupart du temps, mais ça vaut de toutes façons carrément mieux que le plafond d’un Bénéteau). J’ai aussi réussi à refaire mes séances de yoga, ayant découvert que le pont du bateau est assez grand pour accueillir mes postures, même si j’imagine que le spectacle doit être suspect aux yeux des voisins voileux… Je m’en fous, je pratique les yeux fermés et fais comme si le monde autour n’existait pas ! J’essaie aussi désespérément de lire mon bouquin pour préparer l’examen de l’ordre des infirmières mais… C’EST DUR !

En tout cas, une chose est sûre : on se fait très bien à l’espace  et à la navigation à plat, pour ceux qui avaient encore des doutes !!!

(Visited 33 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.