S’installer en Martinique… pourquoi pas?

Cactus sur la savane de pétrification, Martinique

Nous voici arrivés en Martinique depuis un peu moins d’un mois. Et force est de constater que nous avons un gros coup de cœur pour cette île. Envie même de planter l’ancre pour un peu plus de temps que prévu, voire, pourquoi pas, de s’y installer ? Nous sommes toujours en train de voir à quel endroit nous pourrions aller habiter, et la Martinique répond à pas mal de critère, en réalité. Je suis en plein dans les démarches afin de trouver un emploi d’infirmière, tout en faisant reconnaître mon diplôme québécois. Tâche ardue, compte tenu des lenteurs administratives du système français que certains connaissent bien… N’empêche, nous goûtons avec un bonheur non dissimulé à la gentillesse des habitants, aux lumières de l’île, changeantes et toujours invitantes, à un paysage varié et aux possibilités multiples. Une chose nous a surprise en arrivant ici après 6 mois de pérégrinations autour des îles caribéennes. Partout, on a senti une séparation blancs/locaux. Partout, ce sentiment d’être à part, différent du lot de gens de souche, de ces anciennes cultures d’émigrés d’Afrique à l’époque de l’esclavage. Souvent aussi, ces gens ne pratiquaient pas de sports nautiques, réservés la plupart du temps il est vrai aux plus riches, et dont ils ne faisaient visiblement pas partie. Peut-être va-t-on sembler terriblement naïfs, mais ici, la musique est différente. Sur les plages, les couleurs se mêlent, chacun occupe son bout de sable et s’abreuve du même soleil. Ici, les locaux louent des bateaux, ou les pêcheurs du coin passent du temps sur l’eau avec de bons bateaux, pas comme en République Dominicaine. Ici, on parle à tout le monde sans se sentir juste « touriste ». Comme c’est reposant. Comme c’est sympa d’être interpellé sur la plage par une petite grand mère fripée qui commence à taper la discute, histoire de, pour le plaisir de jaser…

Alors oui, nous adapterons notre voyage et nos objectifs à nos découvertes. Et il se peut qu’on rallonge la sauce, afin de mieux profiter d’endroits comme celui-là ! En tout cas, nous adorons ce coin de « peyi », comme on dit en créole !

(Visited 79 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.