Joie qui s’échappe se partage

On évoque souvent, lorsque l’on vieillit, les personnes toxiques qu’il faut laisser derrière soi. Ces personnes qui ne vous aiment pas, qui ne se soucient pas de votre bonheur, ou que votre joie menace tout simplement. Soit. C’est un travail à faire, de laisser partir et de ne plus s’employer à plaire à ceux qui ne veulent rien savoir de nous.

Mais quid des autres ? Comment trouver et s’attacher à ceux qui sauront se réjouir avec nous de nos victoires, de nos bonnes nouvelles ? Car ces personnes là, dans la vie positive que l’on se souhaite peut-être, une petite vie toute jolie et pimpante, elles ont une importance capitale. Il ne faut non seulement pas les oublier, mais les reconnaître dans le réseau d’amis plus ou moins proches, plus ou moins chers, que nous avons sans doute.

Je parle ici de gens qui nous entourent et qui savent s’émerveiller et se réjouir pour les autres. Ces hommes et ces femmes qui sont suffisamment à l’aise dans leur vie pour faire de la place aux victoires des autres. Un petit trésor d’amis qui se découvrent parfois dans les joies impromptues que l’on ne peut s’empêcher de partager autour de soi et qui viennent rire avec nous des sourires que l’existence nous envoie soudain. Ces personnes là sont précieuses, qui dansent avec nous lorsqu’on a le cœur qui déborde de gratitude et qu’on a besoin de le crier à tous vents. Et c’est souvent celles-là qui seront les mieux à même de nous tenir la main, lorsque l’horizon se noircira comme il le fait toujours à un moment ou à un autre.

L’énergie circule, l’amour se partage, et les personnes bienveillantes, quand on met la main dessus, il est important de le réaliser et de chérir leur présence.

La solitude improbable du rêveur

Je suis au milieu d’un bouquin que j’écris sur les rêves. Et pour cela, je rencontre des rêveurs. Pas des gens hors du commun, bizarres ou aux parcours aberrants. Non. Des personnes comme vous et moi, et qui ont pourtant ce petit quelque chose de différent. Qui savent entretenir des projets un peu fou dans un quotidien balisé. Des gens qui ne se laissent pas pourrir par les critiques ou les avis négatifs que d’aucuns pourraient avoir sur leurs projets. Des hommes et des femmes qui suivent leurs aspirations profondes et qui foncent, sautent, risquent et se lancent. Et puis parfois ressort cette remarque chez certains. Ce sentiment de solitude par rapport aux limites de ce qu’ils peuvent partager de leur doux délire avec les autres. Il n’est en effet pas si rare que les autres ne veuillent pas entendre les histoires des personnes qui sont trop éloignées de leur trajectoire personnelle, ou les récits jubilatoires de quelques rêveurs qui réalisent ce qu’eux-mêmes peinent à seulement envisager dans leur quotidien. C’est vrai : vivre une vie différente condamne parfois à un certain degré de solitude. Je me sens proche de cette analyse, avec toutes ces parenthèses incroyables que nous avons pu vivre en famille. On peut alors partager des bons moments, des joyeusetés, des légèretés passagères, mais les vrais échanges profonds, on les garde pour ceux qui peuvent les recevoir. Comme si le terme « extra terrestre » nous collait au visage, en filigrane. Alors qu’on n’a pas l’impression, au fond, d’être si différent. On a juste envie, besoin, de vivre une vie qui ait du sens à nos yeux. Mais le cercle invisible est là, qui n’est pas souvent franchi par d’autres qui ont des vies plus conventionnelles. C’est ainsi, c’est le jeu. N’empêche que ça fait diablement plaisir de recueillir les témoignages de ces personnes que je rencontre et qui ont un courage incroyable, celui de réaliser leurs rêves au quotidien. Trop hâte de vous les présenter !

L’heure d’or

Montréal. Une lueur naissante me fait ouvrir les yeux. La chambre est petite, j’en connais chaque bout de mur, chaque lumière cachée. Les objets se découvrent à mesure que la lampe intensifie la clarté qui illumine la pièce. Je saute du lit. Il est 5h30. C’est parfait, cela me laisse du temps. J’enfile une polaire, et faufile mes pieds dans des chaussons pour ne pas sentir le froid du parquet dans le couloir. Je referme la porte de la chambre doucement. Il ne faut pas que quiconque dans la maison se réveille. Doucement, je vais dans la cuisine. Le chat Elie me salue en frottant son pelage contre ma jambe. Je me penche pour le caresser brièvement, et fais ensuite couler l’eau filtrée dans la bouilloire. Pendant qu’elle chauffe, je me dirige vers le salon. Je prends sur la table de la salle à manger, sans la débrancher, la grande lampe de luminothérapie, que je place en équilibre sur le canapé. J’installe les coussins. Entendant le « clic » de la bouilloire qui annonce qu’elle a terminé son travail, je repars vers la cuisine pour y préparer mon thé. Un thé vert japonais. Un de ces nectars parfumés aux odeurs d’épinard frais, de petit pois et de foin qui me font chavirer les sens. La tasse est enfin prête. J’attrape mon cahier dans un tiroir de la commode, avec le stylo, et je dépose le tout sur un tabouret près du canapé. Je m’installe, emmitouflée sous une grosse couverture de laine chaude. J’ai pris soin de mettre le chauffage en route, mais il fait un froid glacial ce matin. 25°C sous zéro. Dehors, les lampadaires de la rue éclairent d’une faible lueur orange la neige qui tombe depuis la veille en gros flocons. Je la regarde tomber avec ravissement, avant d’allumer la grande lumière qui trône face à moi sur le canapé. J’aime cet instant suspendu où le silence prend sa place et s’impose. La vie s’immobilise et je retiens mon souffle. Je prends la tasse et me réchauffe les mains à sa chaleur. L’odeur du thé diffuse en moi une sensation de plénitude et tous mes muscles se détendent. Après quelques instants, je m’installe pour écrire, et Elie vient ronronner près de mon oreille en s’allongeant de tout son long sur le haut du canapé. Il veillera sur mes pages.

Chaque matin, c’est la même routine, développée depuis Montréal. Vacances comprises. Il m’a fallu ces heures volées au temps, à la vie de famille et à un quotidien endiablé pour survivre entière et sans trop de heurts durant de longues années. Si un marmot montrait le nez avant l’heure fatidique (7h, c’était ma limite), je répondais en grognant qu’il aille se recoucher. Ce qu’il faisait sans se faire prier, heureux d’échapper à une sorcière qui n’aurait pas manqué de le transformer en citrouille. J’ai gardé ces habitudes de calme au réveil. Je me lève juste un poil moins tôt… Mais ces moments me sont devenus indispensables. Une véritable respiration, comme une garante de la qualité de la journée qui s’annonce. Écriture sur thé vert, méditation, silence et quiétude d’avant le jour… Il paraît que d’autres s’adonnent à ce genre de vie de l’aube naissante, et qu’on appelle cela un « miracle morning ». C’est pour moi simplement une façon de me rappeler que je suis une personne, dénuée de tout rôle et de toute attente, juste avant d’enfiler mes vêtements de mère, d’épouse et de femme.

Les maux pour le dire

Il arrive que des lecteurs de mes livres me disent qu’ils se retrouvent dans mes écrits. Pour d’autres, ce sera le blog, quand certains articles les renvoient à des choses qui les touchent personnellement. À l’inverse, certains lecteurs n’aimeront pas le style des articles du blog, comme d’autres seront peu sensibles à ce que j’ai écrit dans mes livres. Tout dépend de la tournure d’esprit, de l’humeur du moment, des affinités littéraires… Mais c’est finalement sans importance. J’estime légitime et même sain que chaque personne puise ce dont il a besoin dans les mots que je dispose sur la page, et qu’il se les approprie au fil de ses envies, selon ce qui lui parle ou le connecte à lui-même. C’est le jeu. Et j’avoue faire de même avec les livres ou les textes des autres, que j’épluche ou dont je me nourris au quotidien.

            J’ai envie aujourd’hui d’évoquer ces écrits qui déchirent parfois la vie en deux. Lorsque les mots rejoignent les mouvements de l’âme, et qu’ils parviennent à trouver le chemin de la lumière au sein d’un parcours sombre et sinueux. J’en suis là, depuis ces quelques mois que je cherche à me réinventer dans un quotidien qui ne me ressemblait plus. Il me fallait redonner de la couleur à des journées qui avaient pris des teintes délavées, comme ces vieilles photographies mangées par le temps et qui pâlissent au fil des jours. Et j’avoue avoir mis la main sur quelques bouquins, ou des bouts d’articles qui m’ont touchée au cœur. C’est comme une petite musique qui se met à chuchoter, soudain, à la lecture de quelques mots, d’une phrase, glanés ici et là.

Le magazine Happinez m’inspire ainsi souvent des rêveries instantanées, ou bien alors je saisis mon stylo et me mets à souligner frénétiquement certains passages qui me parlent. Quand ce ne sont pas ces livres, achetés il y a parfois des années, et qui m’appellent un jour. Le jour où il FAUT que je lise l’ouvrage. Car je crois à ce pouvoir de synchronie des livres : il y a toujours un bon moment pour cueillir un bouquin. Comme pour un fruit : avant, c’est trop tôt, et après, trop tard. Il faut que le livre soit lu au moment où vous serez assez attentif pour y prendre ce qui vous parlera au moment de sa lecture. Si l’on est ouvert à ce chant, la lecture transporte et devient une danse de l’âme avec les mots. Pour soigner les maux. Pour porter la souffrance, ou faire un peu rire le cœur. Mais il y a un temps pour le faire. En ce qui me concerne, j’attends toujours le bon moment, l’appel du livre. Je passe devant la bibliothèque, et j’écoute. Il arrive que je me trompe : je lis alors quelques pages ou chapitres, mais ça ne fonctionne pas, je repose le livre… Mais quand c’est le temps, quel bonheur ! Comme si l’ouvrage entrait en résonance avec ce que je vis dans le moment. C’est là que quelque chose se passe. Un peu comme quand on rencontre une personne avec qui ça clique, un moment suspendu, une soirée hors du temps…

Et ces rencontres sont indispensables pour tenir le coup quand la vie nous amène à la croisée des chemins. Car parfois, il faut tout changer, sous peine de laisser son existence s’étioler dans un soupir interminable où plus rien ne bouge. Parfois, il faut prendre son courage à deux mains, et laver le passé de tous les discours déformants, dévalorisants et humiliés qui ont jalonné un parcours qui nous a laissé exsangue. Parfois, il faut fermer le livre et inventer tout de neuf. Parfois, il faut sauter dans le vide, et croire bien fort que plus bas se trouve le filet qui nous récupèrera, nous et notre folle envie de vivre pour de vrai.

Changer fait peur. Et puis cela fait mal aussi. Pour preuve, cet événement fondateur et terrible qu’est la naissance. Sortir la tête dans le monde est douloureux, autant pour la mère que pour l’enfant. Mais il est des changements qui sont incontournables, pour peu qu’on veuille bien s’accorder, le temps de l’existence, une vie qui nous ressemble. Le bonheur est à ce prix. Et pour certains d’entre nous, ce bonheur est conditionné par notre capacité à prendre un chemin inusité. Il faut alors réaliser que, pour avancer, nous devrons nous engager dans des voies qui vont à l’encontre des valeurs écrasantes qui s’imposent à la majorité. Dans les livres, aussi, se trouvent ces histoires de parcours atypiques et salvateurs qui décrivent d’autres choix. Vivre de peu. Oser beaucoup. Faire sans le confort d’un futur prévisible et balisé. On réalise qu’on n’a plus rien à perdre, et que ce rien là, il faut le laisser aller pour vivre pleinement. Quand on ne se contente plus de simplement laisser les jours se dérouler sans surprises, sans questions. Quand juste toucher le chèque de paie à la fin du mois ne suffit plus. Il faut alors oser s’opposer.

On me dit souvent que mes enfants sont bien élevés. C’est possible. Je ne suis pas bon juge. Ce qui m’importe, en fait, ce n’est pas de savoir qu’ils sont capables d’aider à débarrasser la table ou de dire merci. C’est qu’ils soient heureux. Qu’ils sachent se tenir debout, même quand la vie les retournera ou les malmènera violemment. C’est le chemin que je leur propose, en ne me contentant pas d’un futur prévisible et encadré par des échéances. Il me semble que je pourrai savoir si j’ai bien fait mon boulot de maman quand je les aurai vus chercher par eux-mêmes de quoi sera tissé leur propre bonheur. Et recommencer chaque jour cette quête pour changer le motif du tissu selon les besoins qui seront les leurs, au fil d’une vie que je leur souhaite pleine et intensément mouvante. En attendant, je les regarde grandir. Et m’efforce, un jour après l’autre, d’être fidèle à moi-même dans les gestes du quotidien. La force de l’exemple est plus puissante que le plus lisse des discours.

Décoller, ou le pouvoir des rêves…

Tomber malade a parfois quelque chose de bon. Puisque je m’entraîne à voir du bon en toute chose, j’ai cherché de ce côté. Clouée à la maison depuis 10 jours, j’ai eu l’occasion de bien mariner dans mon jus. J’ai pu surtout réfléchir, me poser, sentir mon corps, la douleur et l’absence de douleur. L’amour de mes proches, qui m’entourent de leur affection et de leurs petits soins au quotidien.

Mon problème n’est pas vraiment physique. Et peut-être n’y a-t-il d’ailleurs pas de problème. Juste une transition majeure. Mon corps se contente d’exprimer un désarroi profond qu’à cette fameuse « crise » de milieu de vie je traverse depuis des mois déjà. Car je réalise que la vie telle qu’on me l’a toujours présentée ne suffit pas. Je m’aperçois, après tous les voyages aussi bien physiques que spirituels que j’ai pu faire, que les réponses ne sont pas dans ces discours que j’écoute depuis toujours. Il faut changer. De paradigme, de cadre, de façon de voir. On dirait que mon corps sait que tout cela n’est plus possible. La consommation à outrance. Le boulot de salarié lambda pour des compagnies qui ont un objectif : faire chaque jour plus de fric. J’ai vu les dégâts que cette dérive réalise sur les gens, les salariés que j’ai vus en entretien pendant des mois, entre burnout, épuisement et dépressions… Plus possible non plus, l’exploitation d’une terre qui n’en peut plus d’être habitée par des individus humains qui la saccagent et la méprisent, alors qu’elle est à l’origine de tout ce qui les fait vivre… La philosophie du « toujours plus » et celle de « on est tous uniques, séparés, et la guerre fait partie de la vie ». On dirait que mon corps en a assez de toute cette tendance à la noirceur, au marasme, à la dépression et à l’avalanche quotidienne des mauvaises nouvelles…

Et si on reprenait tout par le début ? Et si on allait faire un tour dans ces endroits où les gens se démènent différemment, où l’énergie, la joie et le sourire sont les moteurs de changement qui apportent des façons de voir novatrices, créatrices ? J’ai envie de croire que tout cela n’arrive pas seulement de manière épisodique et furtive. Alors je vais revenir pour vous sur un trajet intérieur qui se déroule depuis plusieurs années dans un endroit de ma conscience.

Ça a commencé à mon arrivée à Montréal. Nouvelle vie après une immigration dont certaines personnes de notre entourage disaient qu’elle n’aurait pas lieu : « vous n’oserez jamais ! ». Et bien si. Nous sommes partis habiter à 8,000km de notre lieu de naissance, et nous avons vécu selon un mode de vie différent. Nous y avons appris le recyclage, le compostage, la nature infinie où l’être humain se sent finalement tout petit dans cette immensité qui l’entoure, au milieu des forêts, des arbres… Et nous avons élevé notre petite smala, trois petits mecs sympas et rigolards qui ont illuminé nos journées de leurs rires.

Avant de partir de Montréal pour la mer des Caraïbes, nous avons vu ce documentaire de Coline Serreau : Solutions locales pour un désordre mondial (https://www.colibris-laboutique.org/cddvd/22-dvd-solutions-locales-pour-un-desordre-global.html). Je me souviens d’être sortie de la représentation un peu sonnée. Me demandant ce que tout cela venait faire dans mon existence bien réglée et malgré tout si cohérente, à mes propres yeux en tout cas… Coline Serreau y évoquait à longueur de film comment le système actuel menait à l’épuisement de tous, humains et nature, et qu’il fallait inventer de nouvelles façons de produire, d’envisager l’existence, d’intégrer l’homme dans la vie en lien avec les êtres vivants. Je me souviens surtout de cette femme à l’énergie contagieuse : Vandana Shiva. L’éducation et la spiritualité réunies dans une personne ouverte et joyeuse qui réfléchit à d’autres façons de faire, de penser. Une pierre précieuse pour l’humanité.

Puis ce fut le départ en bateau pour un voyage en famille. On se familiarise avec ces réalités concrètes que sont la préservation de l’énergie : sur un bateau, c’est indispensable. L’économie de l’eau, qui est vitale. Et sur les endroits visités : l’utilisation par l’homme des ressources qui lui sont données. Selon les îles, cela peut ressembler à une exploitation déraisonnable et rationnalisée qui mène à des déserts, tant on a massacré tous les arbres et l’environnement. Ou bien à des paradis où l’homme préserve et ne prend que ce dont il a besoin. Tout dépend des croyances, des façons de vivre, des attraits touristiques ou économiques de l’endroit.

Un peu plus tard, retour en France. Décalage d’avec une vie toute industrielle que nous avions quittée quelques mois plus tôt, et que nous n’étions finalement pas si pressés de retrouver… Mais c’était comme ça, de nouveau. Confrontation avec les informations quotidiennes, qui malgré tout transportent une ration journalière de nouvelles parfois terrifiantes, anxiogènes, et qui laissent s’échapper un malaise qui laisse impuissant, exsangue. Il fallait surmonter ces impressions, creuser profond pour trouver l’eau à l’intérieur de soi, plutôt qu’aller la chercher ailleurs, où elle était polluée. Alors nouvelle rencontre. Nous avons invité les enfants à nous accompagner pour cette découverte que fût le très inspirant documentaire Demain, de Mélanie Laurent et Cyril Dion (https://www.demain-lefilm.com). Il expose la recherche de nouvelles façons de penser le vivant, l’éducation, la politique, l’environnement et l’économie, selon des valeurs qui nous rendront plus heureux, davantage connectés sur ce qui peut nous nourrir. Tant spirituellement que matériellement ou physiquement. Ça nous a parlé, en famille. On s’est dit qu’il y avait sans doute quelque chose à creuser là.

Et puis là, puisque je suis cantonnée à la maison, j’ai pu regarder ce magnifique documentaire, En quête de Sens, de Marc de la Ménardière et Nathanaël Coste (http://enquetedesens-lefilm.com). Une recherche spirituelle sur un questionnement d’abord écologique, mais qui vire à l’interrogation existentielle. Et je sens que nous avons besoin de ces questionnements pour inventer la nouvelle vie, la transition qui pointe le bout de son nez.

Ces idées sont venues rejoindre celles qu’évoque notamment Christiane Singer dans son magnifique livre, le dernier qu’elle a écrit avant de mourir : Derniers fragments d’un long voyage (ed Albin Michel, 2007). Elle y écrit que chaque être émet un ensemble de vibrations, qui à leur tour interagissent avec les vibrations des êtres avec lesquels il est en contact. Chaque mouvement vibratoire est interdépendant et interconnecté avec tous les autres. Elle exprime ainsi l’idée d’un univers dont chaque partie infinitésimale est reliée à toutes les autres. C’est aussi l’idée d’un écosystème, cette notion que nous nions souvent lorsque nous pensons « individu », « entité autonome et solitaire », et toutes ces idées de détachement. Dans cette approche, et ainsi que le soulignent Nathanaël et Marc, la guerre devient une ineptie totale, puisque le mal qui est fait à l’autre, c’est aussi sur soi qu’il retombe.

Partant de ces réflexions, j’en viens à trouver une joyeuse cohérence dans mon parcours des derniers mois. Je suis arrivée en France avec un questionnement effroyable sur ma place dans un monde, entre la profession que je m’étais choisie (infirmière) dans le cadre ultra développé qu’est la France, et la vie de bohème que nous venions de mener durant plusieurs mois autour de valeurs si différentes… Ce retour à terre (au propre et au figuré) fut brutal. Il éveilla également toute une série de questions, auxquelles j’ai répondu (un peu) au cours des différents emplois que j’ai occupés. Jusqu’à mon licenciement à l’automne dernier, et qui a apporté, au lieu du désespoir annoncé habituellement par ce type d’événement, comme un bol d’air frais dans un mode de pensée jusque là limité.

Il s’agit désormais pour moi de poser chacune des cartes sur la table, pour regarder ce qu’il est possible de faire avec cette nouvelle donne. J’aime particulièrement la conclusion de Marc et Nathanaël sur le métier à exercer après avoir mené toutes ces réflexions sur une nouvelle façon de vivre, qui tiendrait compte de l’écologie, l’humain et une philosophie de vie plus proche de valeurs universelles. Ils concluent avec Satish Kumar que l’emploi de demain, celui que l’on peut exercer en pleine conscience et avec bonheur, c’est celui que l’on se crée ! Car rester employé n’a de sens que si l’on veut consacrer son énergie et les heures qui nous sont données à aider d’autres à faire de l’argent. Bien sûr, la formule est jolie, et elle n’est pas nécessairement simple à mettre en place. Mais je choisis d’y croire ! Et je me sens prête à réduire mes besoins, à les limiter sciemment, pour faire de la place à cet autre chose qui m’habite, et qui ne dépend d’aucune compagnie, d’aucune entreprise, d’aucun autre individu. Quitte à vivre plus simplement, en échange d’une liberté qui m’ouvrira à des richesses que l’argent ne peut (évidemment) acheter. Il reste qu’il est toujours possible d’être employé et heureux dans son job. Tout dépend du sens que l’on choisit d’y mettre. Mais je reste persuadée que dans cette équation, la grande variante sera notre possibilité d’être créatif. C’est-à-dire créateur, au sein de son travail, dans un but qui est au service des autres, et non d’un compte en banque ou d’un dividende d’actionnaire avide.

Alors je décide que la vie désormais, c’est moi qui en donne l’orientation, et pas une série de chiffres sur mon compte, un employeur, ou un ensemble d’attaches plus ou moins saines avec des personnes à qui j’ai donné trop de pouvoir. Et j’aspire à utiliser ce que je sais faire de mieux, en choisissant en conscience un métier inspirant dans lequel je pourrai apporter ma petite contribution à l’univers. Sortir d’un système pour inventer un mode de vie où chacun se relie à un courant d’énergie partagé pour le bien de tous. Peut-être une utopie, mais à voir tous ces documentaires, ces écrits joyeusement portés de par le monde, j’en viens à croire que c’est possible !

 

Je vous laisse avec ces exemples concrets, inspirés par des personnes que j’ai rencontrées ces derniers mois ou années, et qui ont fait le choix de changer drastiquement leur mode de vie pour mettre en pratique ces nouvelles aspirations qui les habitent.

Jef a ainsi créé son propre café après une carrière dans le marketing. Il a fait appel à un financement participatif qui l’a aidé à récolter les fonds requis pour se lancer. Ensuite, il a proposé à ceux qui étaient prêts à mettre la main à la pâte de venir rénover l’endroit, grâce notamment au talent d’un menuisier qui réalise des meubles à partir de palettes recyclées. Et voilà qu’a ouvert le café il y a quelques mois, branché sur la vie locale et qui se dit « locavore ».

Annie a aussi réalisé un rêve. Alors qu’elle avait débuté sa carrière au ministère de la Défense, à un poste administratif où elle sentait bien que ses talents n’étaient pas véritablement mis en valeur, elle a tout lâché lorsqu’elle a réalisé que ce qu’elle voulait vraiment faire, c’était DJ ! Elle a monté son affaire et sillonne désormais joyeusement les soirées de Paris et sa banlieue pour égayer les soirées de ceux qui font appel à ses services.

Franck était un jeune salarié impliqué à fond dans le marketing pour une start up parisienne, mais il a fini par sentir le vent tourner. Voyant que sa société refusait de lui permettre d’évoluer comme il le souhaitait, il a tout quitté pour faire un séjour aux Etats Unis. Il a rencontré là bas des personnes qui l’ont inspiré, et depuis plusieurs mois déjà, il s’est engagé à leur côté pour un projet humanitaire de grande envergure dont il est un des piliers. Sa vie d’aujourd’hui n’a rien à voir avec le train train parisien qui était le sien, puisqu’il vit en Afrique et voyage un peu partout pour faire connaître ce projet de fou.

AL était prof à l’éducation nationale. A l’occasion d’un congé maladie, elle a réalisé qu’elle n’était pas dans le domaine qui l’animait, même si travailler avec les enfants était fondamental pour elle. Si bien qu’elle a monté sa propre association afin de permettre à des petits loulous de découvrir la méditation au travers des cours qu’elle donne désormais.

Eveline, amoureuse des grands espaces, a été toute sa vie infirmière. Mais cette baroudeuse infatigable a commencé à voyager et depuis, visite des pays en offrant ça et là ses services pour aider les autres, les soigner et apprendre d’eux.

Emily était employée dans un job administratif. Elle a fait une formation pour devenir prof de yoga, et s’est senti pousser des ailes lorsque tout le groupe s’est exclamé qu’elle avait un réel talent pour le dessin. Elle a envoyé quelques œuvres à des journaux, et est devenue depuis illustratrice pour des magazines.

Christine était ingénieur pour une grosse société internationale. Elle voyageait beaucoup et s’est progressivement découvert un talent pour le coaching. A l’occasion d’un plan social, la voilà qui met en place son projet et se lance comme coach autonome.

 

Des exemples s’imposent, de plus en plus nombreux et inspirants. Celui que j’ai tout prêt, sous la main, étant celui de Ben, qui d’ingénieur et chef de projets impliquant des millions de dollars, est devenu étudiant en médecine. Il s’apprête à passer le concours de l’ECN cette année, et il s’éclate littéralement dans ce métier qu’il a choisi.

Journée lente

Alors que se profilent à l’horizon les vacances, et la nouvelle année, avec son petit sac bien rempli de résolutions que l’on s’emploiera à suivre (ou pas), voici un peu de grain à moudre pour votre moulin personnel…

J’ai fait hier une expérience que j’aimerais partager avec vous, sur l’inépuisable sujet de nos dépendances de toutes sortes. Un thème bien connu dans le médical, puisqu’une dépendance, elle nous tient dans sa petite main crochue et ne nous lâche que lorsque nous avons réussi à la démasquer et à la brider. Là ! Reste sage, petite dépendance, fini de jouer ! Tout ça à cause de la fichue dopamine, l’hormone du plaisir, de la récompense, qui se croit obligée de sortir de sa cachette synaptique chaque fois qu’une occasion surgit. Alors pour certains, cette petite coquine va jouer les filles de l’air face à une partie de poker, pour d’autres, devant un jupon un peu trop virevoltant, un moyen de faire du fric rapide, ou encore la perspective d’un verre d’alcool… Les histoires sont brèves, le plaisir court mais la dopamine explose dans le cerveau et pour quelques secondes, c’est le bonheur ! Pour Noël, la furie d’achats sera cette petite prison chimique qui nous clôt le regard et ouvre grand le porte monnaie, dans une furie dépensière salutaire pour tous les commerçants de la terre.

Et moi, naïve, j’ai longtemps cru que j’étais dénuée de ces dépendances que j’observais chez les autres… Naïve, vous ai-je dit ? Trop !

Car force est de constater que ma dépendance, elle est bien réelle, même si elle prend une forme un peu atypique, ou alors trop courante mais peu reconnue. Je suis accroc au mouvement ! A l’action, à la tâche, au coup de main intempestif, à la galopade précipitée vers la moindre source d’occupation. Le principe est tout bête. Prenez un moment dans la journée où rien n’est vraiment prévu, où un espace peut prendre ses aises et se mettre à respirer tranquillement. Paf ! C’est plus fort que moi ! Il faut remplir le vide ! Et je m’invente des tas de tâches plus ou moins utiles pour combler le trou ! Tout en me plaignant de ne pas avoir le temps de faire ci ou ça, le comble ! C’est pernicieux, sournois et malin, cette petite habitude difficile à dénoncer qui devient maladive. La maladie de l’efficacité prétendue, où l’on sacrifie volontiers une forme de sérénité tranquille sur l’autel de la rentabilité et de la perfection ! On n’a jamais fini de lui faire la chasse à celle-là !

Si bien qu’hier, fatiguée de ces derniers mois, et devant le temps humide, gris et froid, j’ai mené une petite révolution tranquille. J’ai décrété la journée du pyjama, une journée lente où rien de productif de ne réaliserait. Pyjama, thé vert fumant à côté de moi, je tricote, lis et vagabonde dans une maison chaude. Pas d’objectif, juste du plaisir et de la lenteur. Je crois que la dernière occurrence d’une telle expérience datait… du bateau ! Il était temps de s’y remettre, 3 ans et demi plus tard. J’en suis encore toute retournée, apaisée et guérie temporairement (ne rêvons pas, on ne quitte pas une dépendance comme on finit un verre d’eau) de ma petite habitude tenace et chronophage.

Alors si le virus du faire vous touche également, on pourrait faire un club de résistance à son emprise mondiale, et lutter ensemble pour faire de la place pour des journées lentes en 2017… Qu’en dites-vous ???

Trouver le rayon de soleil et y rester

Il est un sujet qui me gratouille depuis longtemps. Et lorsque, dans mon quotidien, des messages apparaissent, des idées, des initiatives, en lien avec ce concept qui me titille, c’est comme une petite jubilation intérieure. Une confirmation de ce que je porte, un peu loin dans mes pensées, mais toujours présent.

En fait, parmi les œuvres qui m’ont inspirée entre autres, se trouvent le fabuleux documentaire Demain (Cyril Dion et Mélanie Laurent), et le bouquin de Guy Corneau (Le Meilleur de Soi, ed de l’Homme, 2007). Deux approches sur deux sujets qui se côtoient mine de rien. Une vision de l’existence par la positive. Une démarche centrée sur l’action. On ne nie pas ici la présence du mal, l’existence de blessures, la proximité de la douleur et de la mort. On reconnaît tout cela comme faisant partie intégrante de nos existences charriées tant bien que mal au fil des jours. Seulement, au lieu de s’empêtrer plus ou moins volontairement dans un immobilisme impuissant dans lequel on englue volontiers les parties les plus vivantes de soi, on choisit, en regardant le documentaire, ou en lisant le livre (et il en existe tant d’autres !), de se concentrer sur autre chose. Sans détourner le regard de ce qui fait mal, on fait le choix de porter notre attention sur le beau, le vrai et le vivant en nous. C’est une démarche totalement révolutionnaire, car elle n’a besoin de personne autour de soi pour exister ! On cesse la dépendance au gouvernement, à l’argent, aux personnes que l’on aimerait bienveillantes autour de soi… Plus rien n’est accessible que notre petite volonté de transformer notre expérience et changer ainsi notre univers.

On touche ici à la fameuse notion de synchronicité, qui veut que notre vie se teinte de façon inconsciente des messages que nous lui envoyons. Pensez à vous-mêmes comme à une victime, et vous trouverez sur votre route tous les bourreaux qui répondront à cette image que vous cultivez inconsciemment (j’en ai personnellement fait la douloureuse expérience moultes fois…). A l’inverse, envisagez pour vous l’abondance, les rencontres fertiles et l’expansion de l’être, et la vie placera sur le chemin les êtres, les choses et les événements qui suivront ce courant d’énergie.

Il ne s’agit pas ici d’un jugement quelconque, d’une théorie ésotérique ou d’une pratique chamanique obscure. Il s’agit d’une loi de l’univers que l’on peut expérimenter assez facilement. L’image que l’on a de soi et de ses capacités va trouver une expression dans notre quotidien. Et j’adore, dans Demain, ce commentaire qui dit que, jusque là, nous avons pensé l’écologie en des termes négatifs et qui s’appuyaient sur le retrait et l’arrêt : on arrête la pollution, on ferme les centrales nucléaires, on consomme moins, on cesse de bouffer de la viande, etc. Il ne s’agit en fait plus de dénoncer. Il s’agit d’envisager, de rêver ce vers quoi nous voulons tendre. Ce qu’apporte ce documentaire, et qui explique son succès planétaire, c’est que, pour une fois, on oriente l’énergie vers le plus ! On choisit alors de consommer différemment, de penser local, de poser des actes positifs en faveur de et non plus contre… C’est immense, ce changement !

Le livre de Corneau va dans ce sens positif ! Il ne s’agit plus de fustiger un passé qui nous étouffe et nous a brimé, il faut arrêter de se pencher sur le noir et le cultiver jusqu’à la fin des temps. Reconnaître cette partie de nous est important, certes. Mais il est fondamental, une fois les constats de base faits, de dépasser l’état de marasme dans lequel nous plonge parfois le malheur. Et de se mettre dans l’action, en posant pour soi des actes qui vont dans le sens d’une reconnaissance de l’être lumineux que l’on porte et que l’on souhaite faire grandir.

Tout cela pour en arriver à la conclusion que notre monde a bien besoin d’un petit coup de brosse salutaire, et de se défaire du pourquoi qui s’enroule autour du mal et de la douleur. On défait ce nœud là, et on passe à tout ce qui pourra nourrir notre vie, nos espoirs, la partie vivante en nous qui ne demande qu’à s’exprimer. Retrouver un sens du gratuit, de l’émerveillement devant la beauté du monde. Se mettre à prier pour les populations qui souffrent et pour lesquelles on se sent démuni, quand on sait que la prière peut envoyer l’énergie à bon port et toucher ceux auxquels nous pensons. Montrer à nos enfants ce qu’il y a de beau en eux, au lieu de toujours montrer du doigt leurs failles, qui font souvent résonner les nôtres… On renverse la vapeur, et on s’engage à s’occuper de soi, un jour à la fois. C’est un défi de taille, mais tellement galvanisant !

Alors pour aujourd’hui, je vous souhaite de préserver un petit moment, une poignée de minutes, pour simplement respirer profondément et accueillir en soi la vie qui grouille sous la peau et dans l’air qui nous entoure. Juste un petit instant. Pour vous et pour le monde. Ce monde qui a besoin de notre paix.

A la pêche aux moules, moules, moules… Je ne veux plus aller, maman!

Ah... S'étendre tel une grenouille sur son nénuphar...

Ah… S’étendre tel une grenouille sur son nénuphar…

Tout est question de moule. Quand je pense moule, pas celles qu’on trouve dans la mer, mais au contraire ceux qui sont statiques et hors de l’eau fluide, je pense à ces récipients limitant que l’on utilise pour définir et étiqueter. Un moule est un contenant. Son boulot est en effet de contenir le flux vivant qui ne devrait pourtant pas pouvoir être défini par quelque objet que ce soit. Il s’agit là d’opérer des raccourcis pratiques, d’utiliser un mode de classement de la personne afin d’en faire cesser le caractère nomade. Ce qui est contenu cesse d’être mobile. A l’instar de ces tribus d’indiens du Canada, que le gouvernement a sédentarisé par des moyens souvent barbares (comme tuer massivement des meutes entières de chiens de traîneaux, qui permettaient aux indiens de se déplacer presque toute l’année sur la neige). Ces peuples saignent encore de cette violence qui leur a été faite. Et peinent à rentrer dans un moule définitivement trop petit pour l’immensité de leur culture et de leur savoir.

 

Le moule a pour objectif de définir, et d’une manière statique, une réalité observable et que l’on croit immuable. Cela en dépit de toutes les preuves qui démontrent en permanence qu’une réalité n’est visible que selon l’œil de celui qui regarde. C’est sans doute pour cela que la théorie de la relativité développée par Einstein défiait au premier abord l’intelligence d’une grande majorité de gens. Car comment, quand on a toujours fait cela, remettre en question le fait que le réel est en grande partie créé par celui qui le vit ?

 

Etiqueter est confortable car prévisible, limitant sciemment le degré de surprise que l’on peut avoir face à des événements auxquels on est confronté sans avoir parfois de prises dessus. Expliquer rassure. L’être humain a lutté depuis toujours contre l’incertitude et ce qu’il ne pouvait expliquer. Quitte à s’inventer dans la foulée des Dieux et des mythologies pour donner un sens à diverses manifestations météorologiques ou naturelles qui échappaient à son analyse.

 

Alors le moule vient à point nommé, dès lors que l’on souhaite échapper à cette logique pourtant si naturelle (mais si difficile à pratiquer) du lâcher prise et de l’abandon. Le moule est un instrument efficace pour se cacher et ne plus offrir d’aspérités à une appréhension de la réalité qui devrait pourtant être complexe, diversifiée, mettant en valeur non des individus ou des faits, mais tous ces liens qui les unissent.

 

Le moule, c’est celui que la société exploite quand elle définit le rôle de chacun dans une entreprise, une communauté, un système. C’est une fiche de poste, à laquelle il faut se conformer pour que les choses fonctionnent dans un objectif défini. Il a son utilité, ce moule, pour que règne dans une certaine mesure l’harmonie sociale et la cohérence collective.

 

Le moule, c’est aussi celui que j’ai dans la tête. Lorsque je tente de ressembler à ce personnage imaginaire que je souhaite devenir. Le plus souvent, dans avoir conscience de suivre les reflets dans l’eau de ces personnes que l’on m’a demandé sans mots d’incarner. L’enfance, les parents, les amis, les professeurs, les mentors et les chefs d’entreprise, toutes ces personnes, ces événements, qui ont concouru à définir de façon irrévocable le rôle qu’il me fallait endosser. Apprentissage utile lui aussi, puisqu’il a le mérite de donner une direction pour grandir. Pas toujours vers le haut, comme pour l’arbre, souvent de biais et de façon tortueuse. Vers la terre, même, parfois. A l’encontre de toutes les lois naturelles qui imposent à la plante de chercher la lumière. Mais grandir quand même.

 

Le problème, il arrive le jour où on finit par apercevoir le bord du moule. Ou des moules. Car ils sont finalement tous encastrés les uns dans les autres. Le moule de soi, dans le moule de sa place dans une famille, celui de la place dans un couple, du rôle dans une entreprise, dans celui de la position dans une communauté, puis d’une ville, puis d’un pays, etc. On part de tout petit, à la manière des poupées russes, pour se définir dans du toujours plus grand, toujours moins signifiant. Contempler le bord de ces différents moules est une véritable claque. Pour l’ego, pour le soi que l’on aurait aimé indépendant, sûr de lui, sans bornes… Mais aussi pour cette image de soi que l’on a besoin de dessiner, et que l’on voit soudain tellement large qu’elle ne tiendra jamais sur la feuille. Ou alors il faudra changer de feuille. Et un format semblable, ça n’existe pas…

 

Il faut se mettre à fabriquer du papier. Soi-même. Inventer de nouveaux outils pour dessiner dans le ciel. Parce que tout est là-haut, dans le bleu immaculé traversé de nuages, et qui peine encore à contenir l’immensité de la personne que l’on est. On est dans le relatif, ce relatif qui fait une place à chacun, sans qu’aucun moule ne vienne s’imposer pour étouffer par des petits mots condamnant celui que l’on est au fond. On devient tolérant. On apprend ainsi, tout en se faisant à soi une place sans limites et sans contours, à voir les autres de la même façon inbornée, inbornable. On réalise les trésors de complexité qui définissent l’individu. Mais surtout, qui définissent les événements qui se déroulent, dans une chaîne ininterrompue de liens perpétuels et gigantesques entre les choses. Chaque événement étant issu d’une série innombrable de circonstances interdépendantes qui s’associent quelques secondes et se séparent l’instant d’après. Chaque décision est ainsi le mouvement léger que l’on fait de la main dans une eau calme, et qui va créer des ondes en agitant ainsi des milliards de molécules d’eau tout autour, elles-mêmes créant des oscillations à d’autres endroits de la mare, jusqu’à affecter la petite grenouille qui se dorait au soleil sur sa feuille de nénuphar et finit par plonger dans l’eau.

 

S’affranchir du moule, c’est peut-être un des objectifs d’une existence qui se veut pleine et vivante. Casser le moule, ou se contenter d’en voir le contour, et décider d’en sortir, une jambe après l’autre. De quitter le monde des images, pour se poser en observateur, réaliser que l’on n’est pas ce que l’on pensait avoir toujours été. Sentir que l’on n’est finalement pas réductible à une définition ou à un rôle, à un type de personne, un salaire ou un statut marital. Hétéro/commercial/père de deux enfants/psychotique/fille de général/à la retraite/végétarienne/dynamique/ dépressif… Reconnaître aussi les énergies invisibles qui nous entourent et nous lient à notre environnement. Apprendre à faire confiance à des flux qui dirigent notre vie à notre insu, et qui disent une vérité différente, qui se détache de tout ce que l’on a pu connaître auparavant. S’entraîner à se faire confiance, et à confier le mouvement de son existence à la vie elle-même. Accueillir l’autre tel qu’il est, le sortir du moule où on l’a mis depuis toujours, comme on s’est sorti du sien. Refuser de voir à travers le filtre bien pratique et si mortifère du préjugé et du pré-digéré. Être honnête. Sincère. Aimant. Cesser de perdre du temps à courir après une reconnaissance qui devrait d’abord être intérieure. Reconnaître la complexité du monde, et rester serein face à ces énigmes qui ont cessé de nous déstabiliser. Garder son équilibre quelles que soient les ondes qui traversent la mare. Grenouille surfant sur sa feuille de nénuphar. Rester confiant dans notre capacité à nous reconstruire après un échec. Donner le dernier mot à Kipling : Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie/Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir. C’est à ce prix que nous serons des hommes, des femmes, des fils et filles, des pères et mères, des personnes. Des êtres vivants. Libres. Sortis délibérément du moule.

Le jour où Sacha fête ses 12 ans

familleIl y a quelques jours, le monde tel qu’on le connaissait a explosé, avec des bouts de chair et des morceaux de crayons brisés éparpillés sur toute la planète. Il y a une semaine, les islamistes intégristes ont fait plus de 2,000 victimes au Nigéria, des morts qui sont restés cachés par la boucherie de Charlie Hebdo. Il y a une poignée d’heures, Sacha a fêté 12 ans de vie sur cette terre. Des macros et des micros événements qui me posent question.

Hier, Ben et moi avons emmené nos trois enfants manifester pour la paix. Je n’avais jamais vu autant de personnes réunies. Et mon cœur s’est un peu serré de savoir que ces mouvements n’ont jamais eu lieu pour le 11 septembre 2001, alors que le nombre de victimes était alors ahurissant. Hier, j’ai aussi eu la gorge nouée lorsque j’ai entendu la première salve d’applaudissements. Ça m’est monté au cœur comme un chant d’oiseau dans un cimetière, au milieu des cendres et du néant : cet espoir que les gens, que nous tous, nous fassions un monde meilleur sur les cendres de cette attaque sanglante. Un monde différent, pour nous et pour des Sacha qui viennent de fêter 12 années d’existence.

Hier, j’ai expliqué encore à mes enfants ce que voulait dire ce rassemblement. Je crois qu’il n’y aura pas de plus belle leçon de sens civique, de respect à leur enseigner. La valeur de la tolérance, ils l’ont prise direct dans le cœur, sans mots, sans cours, sans leçon. Il leur aura suffi de regarder ces milliers, ces millions de personnes qui se sont déplacées au même moment dans divers endroits du monde pour protester contre l’inacceptable. Il aura suffi de pancartes, de visages recueillis, de poignées de main échangées et de ce sentiment fabuleusement grisant que, ensemble, on est plus forts. J’ai voulu que mes enfants, hier, se sentent fiers, debout et conscients de l’importance vitale du savoir-vivre ensemble. Je crois que le message est passé.

 

Pourtant, que vais-je dire à Sacha, et aussi à Théo et Laé, demain. Quand l’émotion sera un peu apaisée, que le deuil débutera son travail et que l’oubli frappera discrètement à la porte. Comment faire vivre dans la durée cet émoi collectif qui peut changer le cours d’une histoire, pour peu que l’on y mette l’énergie nécessaire, et une direction bien définie ? Ce que je souhaite dire à mes enfants, désormais, c’est que beaucoup dépend d’eux, et de nous, pour que ce monde là qui vient de saigner change un peu. Au-delà des efforts politiques à faire encore et toujours pour que cessent les massacres dans les pays d’Afrique (sans parler du reste du monde) gangrenés par des islamistes sanguinaires et inhumains, il y a cette part de nous qu’il va falloir faire évoluer. La laïcité est un impératif qu’il va falloir défendre becs et ongles dans tous les lieux où se mélangent des diversités culturelles et religieuses. Il faut d’ores et déjà se retrousser les manches, et se confronter à nos lâchetés, savoir se dresser contre le flou et une tolérance molle qui rend opaques le cadre structurant d’une société multiculturelle régie par des règles. Il nous faut, comme me le répète Ben ce soir, « entrer en résistance ». Et, il le souligne, ce rassemblement d’hier était le plus important que la France ait connu… depuis la Libération. Ce qui n’a rien d’anodin, puisqu’il me rappelle lui-même qu’à la fin de la deuxième guerre mondiale, c’est précisément cette résistance qui a permis aux alliés de vaincre l’idéologie nazie et le fascisme… Ce n’est pas un hasard. C’est lorsque l’on devient trop laxiste sur les valeurs fondamentales que sont la laïcité et le respect que les idéologies inhumaines prennent la place laissée vacante par une société trop acceptante. Et non, il n’est pas normal, et il est même totalement inacceptable, qu’un maire refuse l’enterrement d’un bébé rom dans un cimetière français!  Tout comme il n’était pas acceptable de signer les accords de Munich pour tenter de calmer un Hitler désireux de montrer patte blanche, pour mieux sortir les griffes quelques mois plus tard. Il nous faut apprendre à dire non et, comme le clamait Charb, avoir le courage de « mourir debout plutôt que vivre à genoux ».

En conclusion, et parce qu’un acte parle mieux qu’un long discours, je sais tout le travail que j’ai à faire pour être Charlie. Être Charlie, cela signifie vivre chaque jour, chaque instant, dans l’ouverture à la différence, dans la tolérance pour des valeurs qui ont une autre couleur que les miennes. Être Charlie, c’est surtout montrer à mes enfants pourquoi les assassins de Charlie Hebdo ont manqué de mots et à quel point la violence est la force des faibles, de ceux qui n’ont plus rien à dire et qui tuent par manque de mots et d’intelligence. Je veux être plus forte que cela. Nous devons être plus forts que cela. Pour que l’équipe de Charlie n’ait pas été décimée en vain. Et pour que leurs plumes continuent, là-haut, de dessiner des caricatures et des dessins irrévérencieux dans les nuages.

Bilan de troisième vie

OLYMPUS DIGITAL CAMERAVoilà plusieurs mois que je songe à faire un bilan de notre retour en France. La chose s’avère ardue, puisqu’il s’agit de porter un regard sur les diverses vies que nous venons de quitter, tout en observant de près celle que nous venons d’embrasser. Pour tout dire, je passe à l’acte suite à la lecture d’un article sur internet, qui décrit le retour des expatriés qui sont allés à l’étranger pour finalement reposer leurs valises en France. C’est notre cas, même si un détour par la mer nous a dans l’intervalle déposé un peu de bleu dans le regard.

 

Revenir à terre après un voyage en mer a ceci de particulier que le point de vue ne bouge plus autant qu’avant. C’est une vie de sédentaire qu’il faut adopter, après avoir passé des mois à lever l’ancre ici pour la reposer là.

Sur un plan tout climatique, on ne se rend plus vulnérable au moindre coup de vent, on peut sortir dehors même par gros temps, cela n’affectera pas les pensées qui ne seront plus tournées vers un bateau ancré dans une baie quelconque et qui risque de décrocher si la tempête se déchaine un peu plus… Ce matin, j’ai eu le bonheur de quitter ma maison à pied, sans avoir besoin d’un dinghy pour rejoindre le plancher des vaches, et d’improviser une balade à la campagne pour saluer le lever du soleil au milieu des arbres.

Revenir vivre à terre signifie aussi changer drastiquement ses priorités, et dompter un temps qui sur mer se faufile et s’échappe. Le travail vient mettre le nez dans le quotidien, avec ses tâches incompressibles qui régulent tel un métronome des journées devenues routinières. J’aimais le coup de vent perpétuel de la vie de bateau, ces changements continus qu’elle apportait chaque jour avec les amis qui débarquent à l’improviste après un voyage de quelques semaines, des plans qui évoluent au fil des nuages et de la météo, des contraintes de moteurs qui refusent de démarrer. Cette vie était faite d’adaptation au courant de l’existence, qui s’écoule par les interstices d’un temps que l’on maîtrise peu. Et si j’ai aimé poursuivre les minutes au gré des petits événements de la vie, j’aime cette existence terrestre qui impose une régularité reposante. J’apprécie de pouvoir régler mes activités sur la montre qui s’accroche à mon poignet, sans craindre de la noyer par une baignade intempestive. J’adore cette routine qui me permet de faire tant de choses dans le même temps dont je disposais sur la mer, mais avec davantage de contrôle et de certitudes. L’école débute à 8h30 et se termine à 15h30. Sur l’eau, ce type d’emploi du temps ne correspondait à rien, et devenait frustrant à force de m’échapper…

Seuls Ben et Théo, Laé aussi parfois, regrettent de ne plus être sur le bateau. Même à mon grand gars qui avait pourtant un mal de mer incompressible à chaque traversée, il manque désormais les grandes étendues et les visites incongrues dans des îles qu’il était avide de connaître. Mais Sacha, Laé et moi nous sommes véritablement faits à ce retour à terre. Il le fallait bien. Nous avons construit d’autres choses, bâti d’autres projets. Cela nous convient ainsi. Nous conviennent aussi (ainsi qu’à Théo et son père!) ces échappées dans des coins de France que nous ne connaissions pas. Comme la descente des gorges de l’Ardèche en kayak l’année dernière, ou un bout de chemin sur le sentier de Stevenson avec un âne, 350km pédalés sur la Loire à Vélo… Finalement, nous revivons – à intervalles plus éloignés – ces moments en famille qui ont formé l’aventure du bateau. Et quel plaisir de pouvoir montrer à nos enfants ces endroits qui caractérisent le pays dont on leur parle depuis leur petite enfance, comme Paris, que nous avons parcouru la semaine passée, avec les incontournables des parfaits touristes que nous étions : tour Eiffel, Arc de triomphe, champs Elysées, etc. Ils trouvent ici des racines, des éléments d’histoire familiale, culturelle, qu’ils n’avaient encore jamais pu toucher du doigt.

En quittant le monde de l’eau, je peux aussi mettre sur pied des projets qui me tiennent à cœur, rencontrer, créer des liens avec des personnes que je n’aurais pas pu rencontrer sur l’eau. L’inverse étant aussi vrai! Mais le peuple de l’eau est mouvant comme la vague, on ne peut pas tisser des liens durables dans le temps, tout est fait pour que chacun parte de son côté à la prochaine escale. Ce qui justifie l’intensité de la rencontre, mais aussi son caractère éphémère. Côté que je trouve particulièrement frustrant, au fil des mois. Il me faut du tangible, du continu. J’ai l’amitié fidèle et qui se nourrit de rapports, éloignés ou rapprochés, mais constants. Je n’ai rien de la sprinteuse, en amitié, même s’il m’arrive d’apprécier terriblement les rencontres furtives. Je suis une besogneuse de la relation, et j’ai besoin de la concevoir dans le temps. C’est plus simple de l’envisager ainsi à terre, et pour cela, je dois dire que le retour est conforme à mes vœux. Ce qui m’amène tranquillement à un petit bilan sur le retour – non seulement à terre – mais en France.

 

Nous sommes français… et canadiens, désormais! Après 11 années passées au Québec, nous voilà de retour, ce qui a étonné des quantités de gens, proches ou inconnus, comme les douaniers qui nous ont visités à notre arrivée à la Rochelle : « Mais que venez-vous faire en France??? ». C’est vrai que le retour a des côtés frustrants. J’ai mis du temps à prendre mes marques sur le plan professionnel. Personne ne m’attendait ici, et il a fallu faire ma place, à la force du poignet. Difficile aussi de faire comprendre les autres façons de pratiquer mon métier outre atlantique, d’expliquer les différences de mentalité, d’approches. Toute dérogation à la règle que l’on connaît jusque là paraît menaçante, dans un sens comme dans l’autre. Il faut savoir se mettre à la place de collègues qui ont fait certains gestes d’une façon qu’on n’avait pas connue auparavant. L’inverse est aussi vrai. C’est cette rencontre là qui n’est pas simple à envisager. Mais on peut passer outre, revenir aux bases et se dire que, quelle que soit la façon, le but ultime est de privilégier le patient, sa santé et son bien être. Partant de là, on ne peut pas vraiment se tromper.

Il a fallu aussi mettre son orgueil dans la poche, et refermer dessus le petit bouton qui cache tout bien au fond de l’ego. Car beaucoup de gens se moquent éperdument de ce que l’on a pu vivre ailleurs. Pas tous, car il en est pour s’étonner de notre parcours si peu linéaire. Mais il ne faut pas compter sur ces expériences qui sortent de l’ordinaire pour pimenter les conversations. C’est peut-être une très bonne chose, d’ailleurs, car ce qui permet la rencontre est aussi fait des éléments partagés. Alors nous avons appris à faire comme si nous avions toujours vécu en France et rien fait d’autre que parcourir ses routes et ses régions. Et si la conversation roule vers le Québec, ou le bateau, on apporte sa petite pierre, et cela donne parfois lieu à des échanges rigolos. Cela permet surtout de découvrir ce que l’autre a pu vivre par ailleurs. Car il n’est pas nécessaire de partir à l’autre bout du monde pour vivre des expériences passionnantes. Et Dieu sait que parler de nos vies incongrues peut parfois empêcher les autres d’évoquer leurs propres histoires, ce qui est franchement dommage et induit une conversation qui finit toujours un peu dans le même sens.

Côté travail, Ben s’y est mis avec une rigueur et une motivation impressionnantes! Médecine était son grand rêve, il le vit à fond et se réveille le matin en réalisant la chance qu’il a de pouvoir faire ce qu’il aime (même s’il lui arrive aussi de grogner parce qu’il doit préparer un cours pénible…). C’est un exemple extraordinaire pour les enfants, qui voient leur père se démener dans les études à un âge où on envisage peut-être déjà un peu sa retraite! Rien ne vient à bout de son enthousiasme et il se construit une vie de moine où l’équilibre mène la danse. C’est un bonheur de le voir cesser de se chercher comme je l’ai toujours vu faire, et de profiter de chaque instant avec une joie formidable. De mon côté, le chemin vers un boulot fut long et compliqué. J’ai enfin trouvé de quoi nourrir ma petite famille, mais cela m’a demandé beaucoup d’énergie durant les 12 derniers mois. Je suis heureuse et fière de voir mes recherches aboutir finalement, et je réalise aussi que ce cheminement m’aura permis de comprendre le fonctionnement du système ici, de tisser des liens, de tisser un réseau… Une page se tourne, donc, et le retour à terre est pour moi réalisé depuis que j’ai la certitude que je vais pouvoir travailler enfin! Mes projets d’écriture m’occupent aussi beaucoup et cette régularité dans le travail écrit est aussi permis par la routine que j’ai mise en place. Vous ai-je dit à quel point elle m’était indispensable?? Je suis une petite vieille dans l’âme, c’est évident!

Et puis les enfants se sont finalement faits au rythme français. Les choses n’ont pas été sans heurts de leur côté non plus. Les 3 ont dû subir tentatives d’intimidation, violences physiques et/ou verbales, psychologiques, de la part des enfants qu’ils ont d’abord rencontrés à l’école. La différence a semblé être un sacré handicap, dans ce milieu où la conformité prime sur tout le reste. Nous avons finalement mis Théo dans le privé, et là, l’ambiance a changé du tout au tout (loin de moi l’idée de susciter un débat sur le public/privé, je me contente de constater ce que j’ai observé). Il a retrouvé des valeurs qui étaient proches des nôtres, et a mené depuis son petit bonhomme de chemin avec brio et compétence. Sacha a suivi ses traces, après une année compliquée pour lui aussi à l’école primaire du quartier. Laé quant à lui semble avoir pris ses marques malgré des rejets successifs, et rejoindra ses frères au collège l’année prochaine. Ils se sont mis au tennis intensif (et le pratiquent toute l’année, ce qui aurait été plus compliqué au Québec, en extérieur!), et apprécient tous les trois les possibilités immenses qu’offre un pays qui n’était pas le leur au départ. Ils découvrent, s’étonnent, apprécient (la bouffe, entre autres!). Ils ont ici accès à tant de connaissances, de diversité et d’expériences nouvelles. Et je ne compte pas les soirs où ils me réclament une raclette, menu qu’ils ne connaissaient presque pas au Québec, et dont ils ne se lassent pas, même par 30 degrés dehors!

Il reste que le maître mot de ces changements réels que nous avons suscités ces dernières années reste : A-DA-PTA-TION. Nous avons enfilé notre combinaison de survie spéciale « changement » en arrivant dans ce nouvel environnement. Et nous avons glissé dans ce nouveau rôle que la vie nous proposait. Y a le bon, le moins bon, mais le franchement mauvais, on s’en occupe, on le transforme en apprentissage. Car peu importent les expériences que nous avons à vivre, c’est la façon dont on les vit qui nous fait grandir … ou nous empêche d’avancer. C’est en tout cas une conviction que j’ai. J’ai apprécié ce retour à terre, et ce retour en France, malgré les moments plus difficiles, les cassages de gueule, les remarques déplacées… Il s’agit d’assumer les choix que nous avons faits, et de recréer des conditions de bonheur qui ne dépendent pas des autres, mais toujours de nous.